La prévention en exemple
Soubry
Action de prévention: 
Origine des matériaux
Catégorie de produit: 
Produits alimentaires
Du carton recyclé adapté aux aliments secs ?

Les produits alimentaires sont rarement emballés directement dans du carton recyclé. Pourtant, ce matériau convient comme emballage primaire pour les aliments secs. Le fabricant de pâtes Soubry a ainsi recours au carton recyclé pour ses spaghettis, notamment parce qu’il facilite le transport et le maniement. L’impression du carton demande toutefois un soin particulier.

Pratique pour les fournisseurs comme pour les consommateurs

Les emballages en carton sont pratiques pour les fournisseurs comme pour les consommateurs. Ils sont faciles à empiler dans les camions, les magasins et les réfrigérateurs. Ils conviennent particulièrement aux produits consommés en petites quantités, le reste pouvant alors être conservé dans le même emballage. Les informations utiles et légales à l’attention du consommateur s’impriment facilement sur du carton. Et c’est en outre relativement bon marché. Le carton recyclé – appelé aussi carton de qualité GD et GT – est en moyenne 30 % moins cher que le carton fabriqué à partir de fibres neuves (carton GC). Cependant, dans le cas de l’alimentaire, le carton recyclé est généralement utilisé comme deuxième emballage, avec une protection en plastique supplémentaire autour des aliments.

Utiliser le moins d’encre possible

Soubry utilise du carton recyclé comme emballage primaire pour ses pâtes. Une option rendue possible par les précautions particulières que prend le fabricant de l’emballage, Cartonnage Soenen, situé à Lichtervelde. Michel Soenen, Administrateur Délégué, explique : “Nous n’utilisons que du carton recyclé certifié pour la sécurité alimentaire. L’attestation est fournie par le fabricant. Nos finitions, y compris l’impression et la colle, ne présentent aucun risque pour les aliments. Nous veillons à ce que les particules d’encre et de colle ne puissent pas migrer vers l’aliment emballé. L’Institut belge de l’emballage effectue des tests précis de migration qui nous permettent de fournir un certificat de conformité qui répond aux exigences légales.” L’emballage Soubry est pleinement conforme à ces exigences, notamment parce que Cartonnage Soenen utilise une encre adaptée. La couche d’encre est la plus fine possible mais cependant suffisamment couvrante grâce à des techniques d’impression spéciales.

 

Bon à retenir

  • Le carton recyclé est un bon emballage pour les aliments secs. Il s’agit d’un matériau bon marché et facile à utiliser.
  • Le carton doit être imprimé judicieusement afin d’éviter la migration de l’encre vers les aliments.
  • L’Institut belge de l’emballage suit des normes strictes pour les contrôles concernant la sécurité alimentaire de l’impression sur les emballages.

 

Comment éviter la contamination par l’encre d’impression ?

Étape 1 : un mélange de couleurs standardisé

Cartonnage Soenen standardise le mé­ lange de couleurs au moyen de couleurs de base concentrées qui sont certifiées pour l’impression des côtés extérieurs des emballages primaires. Il a également développé ses propres formules pour obtenir toutes les couleurs du code Pantone avec la plus fine couche possible.
 

Étape 2 : suivi de la norme ISO

Les illustrations sont imprimées selon la norme ISO-12647-2. Celle-ci induit un contrôle plus pointu du processus qui a permis de réduire encore davantage la quantité d’encre utilisée.
 

Étape 3 : une couche d’encre plus fine grâce à une meilleure similigravure

Des techniques sophistiquées de similigravure permettent d’obtenir une couche d’encre plus fine encore avec la même qualité et stabilité de couleur. Pour cela, Cartonnage Soenen utilise Concentric Screening, une technique développée par Artwork Systems.

 

La plupart des gens pensent, à tort, que le carton recyclé ne convient pas à l’alimentaire.

Michel Soenen, Administrateur Délégué de Cartonnage Soenen

 

Cartonnage Soenen et l’environnement

Cartonnage Soenen est une PME située à Lichtervelde. La société produit des emballages pliables en carton pour l’industrie alimentaire, principalement pour des sociétés de la région. Michel Soenen, son Administrateur Délégué, voit souffler depuis des années un “vent vert” dans l’entreprise.

Réalisations :

La standardisation de la production permet de réduire le volume de déchets. Auparavant, Cartonnage Soenen avait besoin d’au moins 500 feuilles par produit pour régler correctement la ligne d’impression. À présent, elle n’a besoin que de 100 feuilles. Une différence considérable, d’autant plus que l’usine produit souvent des tirages relativement limités. Grâce à l’application de la norme ISO-12647-2, un contrôle plus pointu du processus d’impression a permis de réduire la quantité d’encre utilisée.

 

Vous aussi pouvez utiliser du carton recyclé pour l’emballage de vos aliments

Il est parfaitement possible d’emballer des aliments secs dans du carton recyclé. Cette option est en outre bon marché et pratique.

Quelques conseils de Cartonnage Soenen: 

  • Le carton de classe GD2 convient aux aliments secs, moyennant une technique d’impression bien étudiée. Cela vaut aussi bien pour les encres traditionnelles que pour les nouvelles encres séchant aux UV.
  • Les fabricants de carton commercialisent aussi du carton de classe GC qui contient 10 à 15 % de fibres recyclées. Outre les aliments secs, ce carton GC convient aux produits congelés et aux aliments gras. Il est moins cher que le carton GC normal.